Photographie

Photographie

22 octobre 2016, Pointe Saint-Mathieu (Finistère), lors du reportage sur les phares. Photographie : Kévin Hérieau.

Je suis presque née avec une clarinette dans les mains. L’appareil photo est venu bien plus tard.

Il y a une dizaine d’années, j’adorais emprunter l’appareil photo numérique de mon oncle pour photographier un peu tout et n’importe quoi. J’avais moi-même récupéré un vieil argentique, malheureusement je n’avais aucune notion en matière de photo.

Plus tard, j’ai reçu un compact à Noël, un petit Samsung sans rien d’extraordinaire mais qui m’a permis de débuter dans la photographie. Au-delà des paysages lumineux et rocailleux de la Bretagne, mon terrain préféré à l’époque, j’ai essayé de faire quelques prises de vue plus ou moins artistiques, avec ce que j’avais sous la main.

Les limites du compact me sont vites apparues, et j’ai fait l’acquisition d’un bridge, un Panasonic DMC-FZ48 que j’ai trimballé un peu partout. Sans grand succès, j’ai expérimenté les modes autres que l’automatique. Ce n’est qu’à partir de l’atelier photographie proposé au premier semestre du master 1 que j’ai réellement compris ce que signifiaient les mots vitesse, ouverture, diaphragme, exposition, profondeur de champ

Au même moment, je suis partie sur les routes avec mon binôme Kévin Hérieau pour un reportage intitulé « Les phares : la fin d’un monde ? ». Pendant une semaine entière, j’ai pu pratiquer la photographie et explorer plus en détail les possibilités que m’offre mon appareil photo.

Si la photographie n’est pas une passion au même titre que la clarinette mais plutôt un loisir, j’aime prendre le temps de faire des prises de vue dont je m’estime parfois satisfaite (disons, une fois sur dix).

___________________

[Photos à venir]